Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mohamed Ali, round 3 et 4 d’une série documentaire inédite, ce soir à 20h50 sur Arte

Mohamed Ali, round 3 et 4 d’une série documentaire inédite, ce soir à 20h50 sur Arte

Ce soir à 20h50, Arte diffusera les deux derniers épisodes de la série documentaire inédite « Mohamed Ali ».

En fabuleuses archives, dont certaines inédites, Ken Burns (Vietnam, The War) déroule le destin du plus célèbre boxeur de tous les temps, né Cassius Clay en 1942, héraut afro-américain musulman devenu un symbole mondial de liberté et de courage. Premier épisode : comment Cassius gravit les échelons des compétitions amateur et remporte, à 18 ans, la médaille d’or aux JO de 1960…

 

Round 3 : la rivalité (1970-1974)

Le 8 mars 1971, le Tout-New York se presse au "combat du siècle", au Madison Square Garden, pour voir Mohamed Ali et Joe Frazier s'affronter. Avant le match, retransmis dans le monde entier, Ali, jouant sur son statut de star, a multiplié les quolibets sur le physique et la supposée bêtise de son adversaire. Trop sûr de lui et mal entraîné, il perd l'avantage après deux rounds, et Frazier, qu'il affrontera encore deux fois, remporte le titre.

Défiguré par une mâchoire brisée, Ali apparaît en héros déchu, mais aussi vulnérable. Il se retire alors dans son ranch, avec sa femme Khalilah – qui s'éloigne de lui en raison de ses infidélités incessantes – et de leurs filles, déterminé à redevenir "le plus grand". Le 28 juin 1971, la commission d’appel de la Cour suprême annule sa condamnation et lui accorde le statut d’objecteur de conscience. Il est à nouveau libre de boxer comme il veut.

 

Round 4 : une destinée (1974-2016)

À l’automne 1974, le monde retient son souffle alors qu'il affronte George Foreman à Kinshasa, au Zaïre. À 32 ans, si son talent est sur le déclin, sa popularité reste immense, en Afrique comme en Amérique. Contre toute attente, il gagne le combat et devient champion du monde pour la deuxième fois. L’année suivante, il bat Joe Frazier lors d'une troisième rencontre à Manille, qui restera dans l’histoire pour son extrême violence.

Ali monte encore sur le ring pendant cinq ans, mais même s'il remporte un troisième titre de champion du monde – un record inégalé dans l'histoire de la boxe – face à Leon Spinks, en 1978, il paie le prix fort de ses combats de trop, arrangés par des managers peu scrupuleux, dont Herbert Muhammad, le fils d'Elijah. En 1984, on lui diagnostique la maladie de Parkinson. Il n'en continue pas moins à voyager dans le monde pour partager sa foi. Lors des JO de 1996 à Atlanta, il bouleverse le public en portant la flamme olympique, malgré sa faiblesse visible. Il meurt en 2016, et ses obsèques à Louisville sont dignes de celles d’un chef d’État.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article