Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le CSA intervient auprès de TF1, France 2, France 3, NRJ12 et RMC Découverte.

Le CSA intervient auprès de TF1, France 2, France 3, NRJ12 et RMC Découverte.

Sur son site internet, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel annonce des interventions auprès de TF1, France 2, France 3, NRJ12 et RMC Découverte.

 

Temps de parole des personnalités politiques dans les émissions d’information (premier trimestre 2016) : TF1 mise en garde

Le CSA a examiné, au regard du principe de pluralisme politique, les temps de parole des personnalités politiques relevés dans les journaux d’information des services de radio et de télévision sur la période du 1er janvier au 31 mars 2016. 

À l’issue de cet examen, il a mis en garde la société TF1 en raison d’une sous-exposition marquée de l’opposition parlementaire sur LCI.

 

Diffusion d’annonces de programmes de catégorie IV en journée sur France 2 : France Télévisions mise en garde

Le CSA a mis en garde France Télévisions suite à la diffusion de 49 bandes-annonces de programmes de catégorie IV (« déconseillés aux moins de 16 ans ») avant 20 h 30 sur France 2 en 2015. 

Le Conseil a également relevé la diffusion en journée sur France 2, le 22 mai 2016, d’annonces d’un film relevant de cette catégorie, alors qu’il avait été rappelé à la chaîne, dans un courrier du 25 avril 2016, qu’il ne pouvait être dérogé à l’application de l’article 5 de la recommandation du 7 juin 2015.

Cette pratique avait déjà fait l'objet d'une intervention de sa part le 2 octobre 2013. Nonobstant la brièveté des images et l'absence de scènes choquantes dans les bandes  annonces concernées, le Conseil avait alors considéré que leur diffusion en journée n'était pas conforme à la recommandation du 7 juin 2005.

Le CSA a donc mis en garde le groupe France Télévisions contre le renouvellement d'un manquement aux règles de l’article précité et a appelé son attention sur la nécessité de veiller au respect de l’ensemble des règles de protection du jeune public. 

 

Diffusion d’images difficilement soutenables sans avertissement préalable dans le "19/20" du 13 mars 2016 : intervention auprès de France 3

Le CSA a été saisi au sujet d’une séquence consacrée à l’attaque terroriste perpétrée en Côte d’Ivoire, diffusée le 13 mars 2016 dans l’édition d’information le 19/20 sur France 3, au cours de laquelle des images montrant des cadavres de victimes ont été présentées au public.

Après examen, le Conseil a constaté que la chaîne n’avait pas averti les téléspectateurs du caractère difficilement soutenable de ces images préalablement à leur diffusion.

Il a pris connaissance des observations apportées par la chaîne sur la réception tardive des images qui a conduit à une diffusion sans visionnage préalable par la rédaction en chef du journal. Pour autant, le CSA a demandé très fermement aux responsables de France Télévisions de ne pas renouveler un tel manquement aux orientations de la recommandation du 20 novembre 2013 relative au traitement des conflits internationaux, des guerres civiles et des actes terroristes par les services de communication audiovisuelle. 

 

Diffusion d’une œuvre cinématographique un samedi : intervention auprès de NRJ 12

Le CSA a constaté la diffusion, sur l’antenne de NRJ 12, du film Travaux, on sait quand ça commence le samedi 16 mai 2015 à 3 h 10, en contradiction avec les dispositions de l’article 10 du décret du 17 janvier 1990 qui prévoit que la diffusion d’une œuvre cinématographique de longue durée est interdite le samedi.

Le Conseil a donc demandé à la société NRJ de veiller à l’avenir au respect de la réglementation.

 

Propos tenus par Mme Laurence Rossignol dans l’émission "Bourdin direct" du 30 mars 2016 : intervention auprès de RMC et RMC Découverte

Le CSA a été saisi par le Conseil représentatif des associations noires (CRAN) au sujet d’un propos tenu par Mme Laurence Rossignol, ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes le 30 mars 2016 sur RMC et RMC Découverte, alors qu’elle participait à l’émission Bourdin direct. 

Après examen de la séquence, le Conseil a déploré que le journaliste qui menait l’entretien ait manifesté une insuffisance de maîtrise de l’antenne, au regard des articles 2-10 et 2-2-1 des conventions des services concernés. 

Le CSA en a fait part aux responsables de ces chaînes et leur a demandé d’éviter à l’avenir qu’une telle situation ne se reproduise.

 

Respect de la langue française dans les messages publicitaires : interventions du CSA

Date de publication : jeudi 22 septembre 2016 
Le CSA s’est penché sur les conditions de traduction en langue française de mentions en anglais dans plusieurs messages publicitaires télévisés. 

Il a considéré que la traduction en français présente dans les messages étudiés (Orangina, L’Oréal Studio Pro, Citroën DS3, Volvo XC60, Skittles et Streetfighter V) ne respectait pas les exigences, d’une part, de l’alinéa 4 de l’article 20-1 de la loi du 30 septembre 1986 modifiée, dans laquelle a été partiellement intégrée la loi du 4 août 1994 relative à l’emploi de la langue française, et, d’autre part, de la circulaire du Premier ministre du 19 mars 1996. 

En l’espèce, le CSA a noté la petite taille des caractères de la traduction, ou bien la brièveté du plan comportant celle-ci, voire, dans certains cas, la combinaison de ces deux éléments.

En conséquence, le Conseil est intervenu auprès de l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) afin de l’inviter à informer ses interlocuteurs de cette situation, de façon à ce qu’ils fassent les modifications nécessaires pour que, dorénavant, les messages comportant des mentions en langue étrangère soient conformes à la législation. 

Par ailleurs, le CSA en a également informé les groupes audiovisuels, l’Association des chaînes conventionnées éditrices de services (A.C.C.e.S.) et les syndicats de télévisions locales de cette analyse. 

 

Source : CSA

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article