Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Télé crève l'Ecran

La Télé crève l'écran : c'est la suite du Blog News et Programmes Télé, avec quotidiennement toute l'actualité des 27 chaînes gratuites françaises : news, audiences, programmes...

Demain nous appartient : le feuilleton quotidien de TF1 sera lancé ce lundi 17 juillet 2017 à 19h20

Publié le 17 Juillet 2017 par Benoît in TF1

Demain nous appartient : le feuilleton quotidien de TF1 sera lancé ce lundi 17 juillet 2017 à 19h20

Le lundi 17 juillet 2017 à 19h20, TF1 lancera son feuilleton quotidien « Demain nous appartient ». Un épisode de 22 minutes sera proposé du lundi au vendredi à 19h20. Des rediffusions sont prévus du lundi au vendredi à 10h30.

« Demain nous appartient » est produit par TelFrance (Plus belle la vie) et portée par Ingrid Chauvin, Lorie, Alexandre Brasseur, Charlotte Valandrey, Franck Monsigny…

« Véritable prise de risque pour TF1 qui espère relancer sa case de l'avant-soirée, "Demain nous appartient" devrait s'installer pour cinq à six semaines (…), sauf catastrophe d'audience mettant notamment en péril le 20 Heures.

En cas de succès ou de scores significativement bons sur la cible commerciale, la chaîne prolongera l'expérience pour six mois. La commande initiale (…) porte en effet sur 130 épisodes.

Dans l'expectative la plus totale, le diffuseur et le producteur se sont laissé une marge de manœuvre pour écourter la commande ou au contraire la prolonger à plus long terme », explique le site Pure Médias.

 

Synopsis

La baie de Sète. Une violente explosion. Au milieu du chaos, une mère cherche son fils. Etait-il sur l’un des bateaux qui se sont percutés ?

Aurait-il participé à ce qui apparaît très vite comme un meurtre ?

Prête à tout pour protéger son enfant, sa vie bascule complètement lorsque l’on retrouve sur une plage le corps d’une femme, sa propre sœur, qu’elle n’a pas revue depuis plus de quinze ans…

Episode 1 – Lundi 20/07/17 – 19h20 – TF1

Deux bateaux rentrent en collision au large de Sète. Il y a des morts. Chloé est inquiète : son fils, Maxime a disparu. Où est-il ? Que s’est-il passé ? Qui était sur les bateaux ?

 

Episode 2 – Mardi 21/07/17 – 19h20 – TF1

Chloé cherche à comprendre pourquoi son fils est en garde à vue. Une inconnue a été retrouvée sur la plage, elle était sur l’un des bateaux. Qui est-ce ?

 

Episode 3 – Mercredi 22/07/17 – 19h20 – TF1

Chloé et sa mère, Marianne, découvrent Anna, dans le coma. Chloé veut comprendre ce qui est arrivé à sa sœur. Pourquoi est-elle revenue à Sète après 17 ans d’absence ? Pourquoi a-t-elle caché son identité à Maxime ?

 

Episode 4 – Jeudi 23/07/17 – 19h20 – TF1

Chloé fait la rencontre de Martin, le compagnon de sa sœur. Il est à Sète, incognito et cherche des preuves pour disculper Anna. Chloé mène l’enquête avec lui.

 

Episode 5 – Vendredi 24/07/17 – 19h20 – TF1

Anna s’est réveillée amnésique. Elle apprend qu’elle est enceinte, mais de qui ? Chloé l’aide à retrouver la mémoire.

 

Marie Guillaumond, directrice artistique de la fiction française de TF1, évoque les spécificités et les enjeux de «Demain nous appartient».

Dans un contexte où la fiction française se porte bien, nous avons eu envie d’investir sur un terrain où nous n’étions pas allés : celui de la fiction quotidienne d’access. Nous avons conscience que la saga est un genre très plébiscité par le public et sur lequel nous sommes finalement peu présent, même si nous avons renoué avec le feuilleton l’année dernière en proposant La vengeance aux yeux clairs. Le public nous réclame souvent de la fiction inédite l’été, c’était l’occasion de répondre à cette demande. La période estivale est également une extraordinaire rampe de lancement pour tenter un projet différent et ambitieux.
C’est à la fois une saga familiale et policière. Il y a une vraie dimension de thriller. La série démarre par une explosion assez spectaculaire, la mort d’un jeune garçon et la découverte d’une femme dans le coma, amnésique et disparue depuis 15 ans. L’enquête qui s’ensuit implique plusieurs familles. On retrouve les codes de la saga familiale avec les rivalités, les conflits familiaux, l’amour, la haine, la jalousie dans un environnement à la fois urbain et proche de la mer et de la nature. Ces 26 minutes quotidiennes permettent de déployer une histoire forte que l’on espère addictive. Demain nous appartient se veut à la fois moderne, dans l’air du temps, contemporaine et miroir du monde dans lequel nous vivons.
L’avantage de la saga est qu’elle offre un éventail exceptionnel de personnages et donc un casting extrêmement riche et diversifié. Nous retrouvons des visages connus : Ingrid Chauvin, Alexandre Brasseur, Lorie Pester, Charlotte Valandrey, Franck Monsigny (Falco), Atmen Kelif, Samira Lachhab (Léo Mattei) et également Solène Hébert, révélée dans Emma, et de nombreux nouveaux comédiens plus jeunes avec notamment la jeune Lou, candidate de The Voice Kids, qui fait ses premiers pas en tant que comédienne.
Demain nous appartient permet d’enrichir notre offre globale de fiction en offrant au public une histoire inédite, haletante et identifiante qui, on l’espère, va devenir le rendez-vous incontournable de cet été. Pour TF1, c’est également une très belle première collaboration avec Newen. C’est aussi un projet qui permet de mettre en action tous les métiers du groupe, le digital, la musique. C’est un challenge passionnant pour toutes les équipes.

Marie Guillaumond.

Président de Telfrance, Guillaume de Menthon revient sur la genèse de «Demain nous appartient» et explique les particularités de cette production d’envergure.

Nous avons suivi la volonté de TF1 de partir sur un projet de fiction quotidienne
récurrente. La programmer l’été permet de reprendre les codes auxquels le public de TF1 était historiquement habitué à cette période. L’idée est de s’adresser à tous les Français, d’être concernant et identifiant, d’être un miroir de la société tout en ré-enchantant le quotidien, pour être dans la lignée du «claim» de TF1 de partager des ondes positives.
Après avoir rapidement identifié qu’il nous fallait un lieu en bord de mer qui ne soit pas une station balnéaire, notre choix s’est porté sur Sète, une petite ville de 40 000 habitants. Surnommée l’île singulière par Paul Valéry, Sète est une ville particulière. Située sur le mont Saint-Clair entre la mer Méditerranée et l’étang de Thau et entourée de canaux, elle nous a séduits par son aspect «coupée du monde». Sète apparaît comme la petite Venise française. De plus, elle profite d’un beau temps tout au long de l’année qui permet de bénéficier d’un ensoleillement exceptionnel. Après une période faste au 19e siècle, elle s’est éteinte doucement avec le déclin des exploitations viticoles et la décolonisation. A travers son histoire, nous retrouvons celle de beaucoup de villes françaises confrontées à la mondialisation, à un monde qui bouge et évolue et partagées entre le conservatisme et le progressisme. On y découvre des protagonistes qui croient en l’avenir et dans le monde, et d’autres qui ont un petit peu peur et se recroquevillent. Différentes classes sociales cohabitent. Sète permet ainsi de retrouver toutes les caractéristiques de la ville de tous les Français.
Une série quotidienne implique de tourner un épisode par jour. Une vingtaine d’auteurs sont organisés en équipe pour travailler sur les arches de la saga. Autour des personnages principaux, viennent s’en greffer d’autres qui seront les branches des intrigues futures. Nous suivons la vie d’environ trente-cinq personnages de tout âge qui incarnent les grands enjeux de la société d’aujourd’hui.
Pour réussir à mettre en boîte 25 minutes utiles par jour, nous tournons avec trois équipes. Une équipe tourne dans les décors en studio et deux autres captent les scènes en extérieur dans la ville de Sète et aux alentours. Nous découpons les épisodes de manière à ce que les comédiens travaillent de la façon la plus intelligente possible sur une journée et sur un décor donné. Le plus compliqué est d’arriver à calibrer les histoires pour réussir à les tourner en tenant notamment compte de la disponibilité des nombreux comédiens. C’est la vraie difficulté d’un tel feuilleton.
Nous disposons d’une quinzaine de décors, certains institutionnels comme un commissariat, un hôpital, un lycée et d’autres, à la fois public et privé, comme un hôtel ou un café au bord du canal royal. On retrouve également les différents lieux de vie des personnages avec trois maisons et deux appartements. Les bureaux que nous avons transformés en commissariat sont plus vrais que nature. Une ancienne usine d’embouteillage désaffectée de 8 000 m2 a été reprise pour y construire un studio de 1 650 m2. Cela a été assez spectaculaire à mettre en place et a demandé plus de trois mois de construction, un projet à la fois exigeant et excitant.
L’idée est que chacun puisse s’identifier à un personnage récurrent. Nous avons choisi de mettre en scène une famille aisée issue de la bourgeoise sétoise, une famille de classe moyenne avec une professeure de lycée et son mari qui travaille à la marina, une famille d’immigrés espagnols, une autre de deuxième génération arabe, représentative des populations que l’on peut retrouver à Sète et d’autres personnages isolés qui sont, là encore, emblématiques de la société française.
Il faut surprendre, être attachant, fidélisant et surtout nous devons tendre l’intrigue pour créer l’urgence de revenir chaque jour. Il y a un fil directeur plutôt policier avec plusieurs points d’ombre à résoudre sur lesquels se greffe un certain nombre d’arches narratives sociale et humoristique. Nous mélangeons un peu tous les genres. L’important est que cela reste un programme familial et que tous les membres de la famille puissent s’identifier et s’y retrouver. C’est un feuilleton collectif avec un ensemble de comédiens talentueux où chaque personnage emmène son public.
Ce projet a une grande vertu : il créé des emplois. Près de 200 personnes ont été embauchées. Il nous semblait important de choisir une région dans laquelle nous pouvions recruter sur place. Nous essayons au maximum de nous appuyer sur des ressources locales. 91 % des techniciens employés sont de l’Hérault. L’avantage de Sète est que lorsqu’on connaît la ville, l’on a tendance à vouloir s’y installer assez vite !

Guillaume de Menthon

Avec : Ingrid Chauvin (Chloé), Lorie Pester (Lucie), Charlotte Valandrey (Laurence), Alexandre Brasseur (Alex), Lou Jean (Betty), Anne Caillon (Flore), Laure Killing (Elisabeth), Atmen Kelif (Bilel), Samira Lachhab (Leila), Juliette Tresanini (Sandrine), Solène Hebert (Victoire), Ariane Seguillon (Christelle), Maud Baecker (Anna ), Kenza Saib Couton (Soraya), Tiana Antinori-Persegol (Nina), Marysole Fertard (Margot), Coline Bellin (Judith), Samy Gharbi (Karim), Joffrey Platel (Bastien), Luce Mouchel (Marianne), Cédric Chevalme (Guillaume), Patrick Rocca (Léonard ), Romain Deroo (Franck), Clément Remiens (Maxime ), Hector Langevin (Barth ), Loris Freeman (Eddy), Sahelle de Figuereido (Noor), Franck Monsigny (Martin), Sophie Michard (Béatrice), Camille Genau (Sara ), Sonia Bendhaou (Yasmine), Garance Teillet (Jessica ), Pascal Casanova (Roch), Joaquim Fossi (Dylan ), Matthieu Penchinat (Sylvain), Mehdi Moutia (Lyès), Davy Kopel (Promeneur), Franck Fargier (Avocat), Lisa Barbier (Serveuse), Sandrine Salyeres (Gwen), Mathieu Alexandre (Tristan)

 

Créée par Frédéric ChanselLaure de ColbertNicolas Durand-ZoukyEline Le FurFabienne Lesieur et Jean-Marc Taba
Réalisé par Benoît d'AubertPierre Leix-Cote et Denis Thybaud
Son : François SempeRégis Boussin et Santiago Paul
Scénario et adaptation : Frédéric ChanselNicolas Durand-Zouky et Fabienne Lesieur
Scénario, adaptation et dialogues : Aurélie Belko et Monica Rattazzi
Musique : Une MusiqueBoxeur de LuneMatthieu GonetEmilie GassinBanjamin VioletUne MusiqueBoxeur de Lune et Fabien Nataf
Costumes : Sandrine Weill
Décors : Marc Thiebault et Dominique Jonny
Directeur de la photographie Alain DucoussetFabrice MoindrotThierry Deschamp et Philippe Malleck

 

Source : TF1

Commenter cet article