Inédit, A la dérive, le jeudi 30 mars 2017 à 20h55 sur France 3

Le jeudi 30 mars 2017 à 20h55, France 3 programmera le téléfilm français inédit « A la dérive ».

La soirée continue aborde un nouveau sujet sociétal, avec un téléfilm inédit suivi d’un documentaire. En première partie de soirée, le téléfilm À la dérive, de Philippe Venault, décrit la descente aux enfers d’un jeune ouvrier en perte de repères et d’estime personnelle après la fermeture de son usine… La fiction sera suivie par le documentaire La France en face, diffusé dans la case « Docs interdits ».

 

20h55- A la dérive

Jérôme (Bastien Bouillon) et Audrey (Marie Kremer) sont salariés d’une usine qui s’apprête à mettre la clef sous la porte. Avec leurs collègues, ils se résignent à faire grève. L’unique espoir des uns et des autres réside dans la tenue des élections législatives. Ils espèrent que Cabestani, le candidat de la gauche, parviendra comme il s’y est engagé à sauver l’usine. Sauf qu’une fois la victoire obtenue, rien ne change. Cabestani passe plus de temps à Paris qu’à défendre les intérêts de ses électeurs sur le terrain.

L’élu encourage même les ouvriers à cesser leur mouvement syndical. Issue inéluctable qui survient après plus de 127 jours de blocage : l’usine met la clef sous la porte et ses employés se retrouvent sur le carreau. Jérôme et Audrey entament alors une longue traversée du désert. Confronté au chômage, le couple est même à deux doigts de perdre sa maison.
Pour ne rien arranger, des tensions familiales minent leur couple, à tel point que Jérôme quitte le domicile pour s’installer chez son ami Driss (Foed Amara), qui semble se rapprocher d’Audrey.
Déboussolé et isolé, Jérôme recroise la route de Brice Leroy (Antoine Duléry), le candidat nationaliste qui a perdu les élections législatives face à Cabestani. S’appuyant sur un discours bien rodé, le politicien convainc peu à peu Jérôme de le suivre. Après lui avoir redonné confiance, en lui permettant de retrouver du travail au noir sur des chantiers, Leroy lui promet également des responsabilités au sein du parti.
Jérôme se retrouve ainsi engagé dans la campagne municipale du parti d’extrême droite pour le meilleur et surtout pour le pire… Leader de la contestation ouvrière et premier à mettre en garde ses collègues quant au risque populiste, le voilà tombé dans l’escarcelle du parti ennemi, qui a profité de ses faiblesses pour l’amadouer.

Audrey et ses anciens collègues vont dès lors se retourner contre lui. Mais, pour Jérôme, ce n’est que le début des ennuis. Driss, son meilleur ami, est tué brutalement… Les choix politiques de Jérôme sont-ils liés à l’homicide du jeune homme, d’origine marocaine ? Ou la relation entre Driss et Audrey a-t-elle pu pousser Jérôme à commettre l’irréparable ?

 

23h10 – La France en face

Comment vit-on à Saint-Dizier en Haute-Marne ? Mieux qu’à Neuves-Maisons en Meurthe-et-Moselle ? Ou moins bien qu’à Villaines-la-Juhel en Mayenne ? Vaut-il mieux être paysan en Languedoc-Roussillon ou soudeur à Saint-Nazaire ? Ces quelques territoires qu'à priori tout oppose ont pourtant un point commun : la fragilité sociale. 60 % de la population vit dans cette France dont on ne parle jamais, à l’écart de la mondialisation. Par rapport à Paris ou Montpellier, c’est le jour et la nuit. Les 25 grandes métropoles françaises rassemblent, elles, 40 % de la population. Ici vivent la plupart des cadres, des techniciens spécialisés et l’essentiel des immigrés. Deux France pour un même pays ! Plus qu’un gouffre, c’est une fracture qui explique l’hypertension que nous ressentons. Grâce aux travaux des chercheurs en géographie sociale, économie et histoire contemporaine, Jean-Robert Viallet est parti un an sur les routes de France. Le tableau qu’il dresse redessine la géographie sociale de la France.

 

Source : France 3

Retour à l'accueil